Séminaire:

Le travail n'est pas une marchandise

1er - 4 novembre 2017

à Mormoiron dans la Vaucluse (84570)

Animé par Michel Laloux

Programme complet : icone pdf

Le travail n'est pas une marchandise

Comment  ...

  • transformer notre approche du travail,
  • séparer le travail du salaire,
  • résoudre la question du chômage,
  • situer le revenu de base dans une vision globale de l'économie
  • financer les retraites ?

Avec la révolution industrielle, le travail est devenu une marchandise, comme le montre l'expression "Marché du travail". A celui qui cherche un emploi on donnera des conseils pour qu'il apprenne à bien se vendre. En économie politique on dira que les salaires sont déterminés, en grande partie, par la loi de l'offre et la demande, même à l'occasion de rapports de forces entre patronat et syndicats.

La première partie de ce séminaire montrera les conséquences, néfastes pour l'économie, d'une telle approche. Il apparaîtra que le travail n'est pas une valeur économique, tout comme le capital, la monnaie et le foncier. Nous chercherons à circonscrire le domaine propre du travail, ce qui nous fournira les bases pour élaborer des outils concrets concernant la transformation du contrat de travail en un double contrat, l'un pour la collaboration, l'autre pour la rémunération. Séparer travail et salaire est une première étape pour faire sortir le travail de la sphère de l'économie.

Nous irons ensuite explorer de nouvelles pistes concernant les variations de la conjoncture qui peuvent mettre les entreprises en difficultés. Comment traverser une mauvaise passe? Nous découvrirons alors un nouvel outil: l'assurance d'exploitation

Ceci nous conduira au problème grave, mais mal posé, que représente le chômage. Nous verrons que ce n'est pas le travail qui manque, mais la rémunération. La cause réside dans une approche insuffisante de la monnaie, en particulier dans le fait que nos sociétés n'ont pas encore su faire la distinction entre monnaie de consommation, monnaie de financement et une troisième monnaie liée à la contribution et dont l'impôt n'est qu'une caricature. Une monnaie de contribution, telle que nous l'aborderons, permettrait de financer l'économie non-marchande et résorberait tout chômage. Comprendre les trois circulations de la monnaie nous amènera à développer de nouvelles perspectives sur le financement des retraites. Par contraste, les décisions des gouvernants d'augmenter le temps de cotisation et de reculer l'âge de départ en retraite apparaîtront comme relevant de la pensée unique.

Enfin, nous regarderons comment situer le revenu de base dans une perspective plus large d'une économie à Valeurs Ajoutées Humaines. Il apparaîtra alors qu'il y a mieux à faire pour répondre à ce qui s'exprime derrière ce besoin.

Ce séminaire nous fera développer une vision globale de l'économie qui place l'être humain en son centre et s'organise pour le servir plutôt que pour l'asservir. Il s'inscrit dans une série de trois modules qui permettent de développer une vision globale d'une future Économie à Valeurs ajoutées Humaines.

Thèmes des deux autres modules :

Séminaires ouverts aux débutants comme aux économistes qui souhaitent explorer des formes entièrement nouvelles.

Programme complet : icone pdf

Renseignements et inscription: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.